Skip to content

<

#1 đŸȘ‚MusĂ©e MĂ©morial des parachutistesđŸȘ‚

A cache by jb65vic Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 09/22/2020
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size:   micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Musée mémorial des parachutistes

 

       Le Musée mémorial des parachutistes est le seul musée dépositaire de l'identité de l'ensemble des troupes aéroportées françaises.

Il vous propose de découvrir leur histoire, leurs traditions, leur patrimoine et leur actualité. Ouvert à un large public, le musée retrace l'histoire des parachutistes français depuis leur création, à la veille de la Seconde guerre mondiale, à nos jours. Les troupes aéroportées sont présentées à travers un large panorama historique composé de mises en scÚnes contenant des mannequins équipés, des armes et des véhicules.

Construit sur les bases de la salle d'honneur de l’École des troupes aĂ©roportĂ©es situĂ©e au nord de Pau, il fait partie d’un ensemble qui occupe la Lande du Pont Long, haut lieu de l’histoire de l’aĂ©ronautique du XXĂšme siĂšcle.

Le Musée mémorial des parachutistes est gratuit pour tous.

Il a la volonté de permettre à un plus grand nombre d'avoir accÚs au riche patrimoine des armées, notamment grùce à l'action des nombreux bénévoles impliqués pour vous accompagner.

Le Musée mémorial :

 

Le MusĂ©e mĂ©morial des parachutistes est un musĂ©e de tradition de l'armĂ©e de terre, c’est-Ă -dire qu’il Ă©tait originellement vouĂ© Ă  la formation interne des nouveaux militaires mais qu’il s’est progressivement ouvert au public et collabore aujourd’hui avec des rĂ©seaux culturels professionnels.

Le MusĂ©e est situĂ© Ă  l’École des troupes aĂ©roportĂ©es (ETAP) au nord de la ville de Pau. FondĂ©e en 1946, l’ETAP est une Ă©cole chargĂ©e de former des parachutistes militaires de diffĂ©rents corps de l’armĂ©e française (armĂ©e de terre, marine nationale, armĂ©e de l’air et gendarmerie) sous la direction de l’armĂ©e de terre.

Inauguration de la salle d'honneur de l'ETAP en 1964

Le MusĂ©e trouve son origine dans la salle d’honneur de l’ETAP, un espace d’exposition permanent destinĂ© au personnel de l’école oĂč sont rappelĂ©s les exploits des anciens et le souvenir de ceux qui se sont sacrifiĂ©s au cours de leur mission. Elle permet de rendre hommage Ă  tous ceux qui ont contribuĂ© Ă  l'histoire, de perpĂ©tuer les traditions et de les transmettre aux jeunes gĂ©nĂ©rations. La salle d’honneur en tant que bĂątiment indĂ©pendant Ă  l’entrĂ©e de l’école a Ă©tĂ© construite en 1964.

En 1984, la salle d’honneur, de part son importance, devient officiellement un musĂ©e. Le 5 octobre 1997, aprĂšs travaux d’agrandissement, le MusĂ©e des parachutistes est inaugurĂ© sous sa forme actuelle, toujours sur les bases de la salle d’honneur.

Histoire des troupes aéroportées

Le premier saut en parachute de l’histoire est effectuĂ© par le français AndrĂ©-Jacques Garnerin (1769-1823), aprĂšs s’ĂȘtre dĂ©crochĂ© d’un ballon Ă  hydrogĂšne qui soutenait la nacelle dans laquelle il avait pris place le 22 octobre 1797 Ă  Paris.

Durant la PremiĂšre Guerre mondiale, la perte de nombreux pilotes et observateurs en ballon pousse les militaires Ă  s’intĂ©resser Ă  la technique et Ă  mettre au point un parachute afin de permettre aux aĂ©rostiers de s’échapper en cas d’attaque. De nombreux aĂ©rostiers français, obligĂ©s de sauter de leur ballon d’observation en perdition, durent la vie Ă  un parachute, contrairement aux pilotes qui ne furent Ă©quipĂ©s de ce moyen de sauvetage que tardivement.

Les précurseurs et la Seconde Guerre mondiale

 

Les soviĂ©tiques sont les premiers au cours des annĂ©es 30 Ă  former des unitĂ©s combattantes utilisant le parachute pour aller au combat. En 1935, trois officiers français rejoignent l’Union soviĂ©tique pour apprendre l’art du saut en parachute : les capitaine Geille et Durieux de l’armĂ©e de l’air, et le commandant Pechaud Chalret du Rieu de l’armĂ©e de terre.

Une fois brevetĂ© et rentrĂ© en France, le capitaine Geille prend la charge de la formation des premiĂšres unitĂ©s parachutistes expĂ©rimentales de l’infanterie de l’air. Il travaille Ă  la crĂ©ation du centre d’instruction de parachutisme de l’armĂ©e de l’air Ă  Avignon-Pujaut. Mais il faut attendre 1936 pour la crĂ©ation de deux groupes d’Infanterie de l’air. Le scepticisme des armĂ©es de terre et de l’air font que ces unitĂ©s ne seront utilisĂ©es que pour des missions secondaires.

L’efficacitĂ© des opĂ©rations aĂ©roportĂ©es allemandes au dĂ©but de la Seconde Guerre mondiale va faire prendre conscience aux alliĂ©s qu’ils ne peuvent plus nĂ©gliger cette forme de combat. Seront rapidement mises sur pieds des unitĂ©s parachutistes anglaises et amĂ©ricaines au sein desquelles les parachutistes français seront prĂ©sents. Ils prendront ensuite place au sein des Forces Françaises Libres ou au sein des ArmĂ©es d’Afrique.

En septembre 1940 est crĂ©Ă©e en Angleterre par le capitaine BergĂ© la 1Ăšre compagnie d’infanterie de l’air. Le succĂšs de leurs opĂ©rations donne l’idĂ©e au commandement des FFL d’utiliser les parachutistes au Bureau Central de Renseignement et d’Action (BCRA). Le reste de la compagnie rejoint le Moyen Orient et le Special Air Service (SAS) du Major Stirling. Le Peloton Parachutiste du Levant devient le French Squadron SAS. A cĂŽtĂ© des SAS, la crĂ©ation du 1er RĂ©giment de Chasseurs parachutistes marque la renaissance des parachutistes de l’armĂ©e d’Afrique.

De son cÎté, le Bataillon de Choc reçoit une formation parachutiste américaine et une formation amphibie anglaise. Les volontaires de toutes armes et de toutes armées qui le composent seront toujours aux avant-postes de la 1Úre Armée française.

Deux unitĂ©s au recrutement trĂšs particulier font aussi leur apparition : d’un cĂŽtĂ©, le groupe des commandos d’Afrique, formĂ© autour d’un noyau de gaullistes d’Afrique du Nord ; de l’autre cĂŽtĂ©, le groupe des commandos de France du capitaine d’Astier de la Vigerie formĂ© d’évadĂ©s de France. Elles seront dissoutes Ă  la fin de la guerre.

In Memoriam : la crypte

 

Au cƓur du MusĂ©e mĂ©morial des parachutistes se trouve une crypte en l'honneur des parachutistes qui sont tombĂ©s au combat et des unitĂ©s dissoutes . La crypte est un espace qui existe depuis la crĂ©ation de la salle d'honneur de l’École des troupes aĂ©roportĂ©es (ETAP), autour de laquelle s'est dĂ©veloppĂ© le musĂ©e. Elle est un lieu de mĂ©moire collective et permet aux visiteurs, civils et militaires, d'avoir une pensĂ©e pour tous ceux qui se sont sacrifiĂ©s.

La crypte est divisée en plusieurs espaces. A gauche et à droite, sont exposés les fanions des unités parachutistes dissoutes de la Seconde Guerre mondiale, de la Guerre d'Indochine, de la Guerre d'Algérie et du monde contemporain.

Au centre se trouve un marbre oĂč est gravĂ©e une partie de la priĂšre du para de l'Aspirant Zirnheld, encadrĂ© par cinq drapeaux de rĂ©giments parachutistes dissous (14e RĂ©giment de chasseurs parachutistes - RCP, 3e RCP, 9e RCP, 18e RCP et 2e RĂ©giment de Parachutistes coloniaux). Au dessus des drapeaux, deux reliques symboliques sont exposĂ©es : d'un cĂŽtĂ©, une boĂźte contenant de la terre de Dien Bien Phu, bataille de la fin de la guerre d'Indochine qui s'est dĂ©roulĂ©e de novembre 1953 au 7 mai 1954 oĂč ont pĂ©ri prĂšs de 2 300 hommes dans les rangs français ; et d'autre part, une pierre de l'immeuble Drakkar Ă  Beyrouth oĂč ont pĂ©ri 58 parachutistes des 1er et 9e RCP lors d'un attentat le 23 octobre 1983.

Le livre des morts

 

A l'entrĂ©e de la crypte se trouve le livre des morts oĂč sont inscrits les noms de tous les parachutistes morts au combat depuis la crĂ©ation des premiĂšres unitĂ©s parachutistes françaises durant la Seconde Guerre mondiale.

Livre des morts oĂč sont inscrits tous les parachutistes morts pour la France

 

La 11ùme Brigade Parachutiste, la brigade de l’urgence

 

HĂ©ritiĂšres des unitĂ©s aĂ©roportĂ©es du second conflit mondial, puis des bataillons parachutistes qui se sont illustrĂ©s en Indochine, les 10e et 25e divisions parachutistes ont Ă©tĂ© crĂ©Ă©es en 1956, respectivement aux ordres des gĂ©nĂ©raux Massu et Sauvagnac, durant le conflit algĂ©rien. Ces divisions sont dissoutes en 1961 pour donner successivement naissance Ă  la division lĂ©gĂšre d’intervention, Ă  la division d’intervention en 1963, Ă  la 11e division parachutiste en 1971, puis enfin Ă  la 11e brigade parachutiste en 1999.

Forte de 8 500 hommes et femmes, tous parachutistes, la 11e BP est une des brigades interarmes des forces terrestres. Comme les autres grandes unitĂ©s, elle est appelĂ©e Ă  s’engager dans le cadre des missions intĂ©rieures, sur le territoire national, Ă  participer au dispositif des forces prĂ©-positionnĂ©es dans les DOM/COM, en Afrique et aux Émirats Arabes Unis, enfin Ă  intervenir sur les thĂ©Ăątres d’opĂ©rations extĂ©rieures.

La 11e BP est la seule brigade Ă  disposer d’une capacitĂ© de mise Ă  terre par la 3e dimension, ce qui la qualifie naturellement pour tous les types de missions nĂ©cessitant l’engagement des troupes aĂ©roportĂ©es :

  • intervention dans l’urgence Ă  langue distance ;
  • interventions en zones d’accĂšs difficile ;
  • rĂ©tablissement d’une zone aĂ©roportuaire ;
  • rĂ©serve interarmes dans des conflits aux contours incertains.

 

Composition

La 11e BP est composĂ©e d’un Ă©tat-major (dont un poste de commandement aĂ©rolargable G08), d’une compagnie de commandement et de transmissions parachutiste, de 8 rĂ©giments, d’une Ă©cole (ETAP) et d’un centre de formation initiale des militaires du rang (CFIM 11). La 11e BP est dĂ©ployĂ©e dans le grand Sud-Ouest : son Ă©tat-major est stationnĂ© Ă  Toulouse et ses rĂ©giments se rĂ©partissent entre Tarbes, Pamiers, Castres, Carcassonne, Montauban et Toulouse
exception faite du 2e REP stationnĂ© Ă  Calvi.

Les unitĂ©s de la 11e BP aujourd’hui

Cliquer sur l’insigne pour accĂ©der Ă  la page Facebook de l’unitĂ©.

 

Le 35Ăšme RĂ©giment d'Artillerie Parachutiste

Le 35Ăšme RĂ©giment d'Artillerie Parachutiste, situĂ© Ă  Tarbes, est l’unique rĂ©giment d’artillerie parachutiste de l’armĂ©e française. Il est un rĂ©giment d’appui de la 11e BP, arme l’échelon national d’urgence des troupes aĂ©roportĂ©es. Il est crĂ©Ă© Ă  Vannes en 1873. Il prend part aux combats de la PremiĂšre Guerre mondiale, de la Seconde Guerre mondiale (notamment Ă  Dunkerque), en Indochine et en AlgĂ©rie. RĂ©giment d'appui de la 11e BP, il fournit de multiples capacitĂ©s d'appuis feux et d'intĂ©gration des intervenants.

Devise : Droit devant
Le 1er RĂ©giment de Chasseurs parachutistes

Le 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes, situé à Pamiers, est constitué en 1943 au Maroc. Il est le plus ancien régiment parachutiste français. Il est issu de la premiÚre Compagnie d'Infanterie de l'Air formée en 1941en Algérie, à partir des effectifs des Groupements d'Infanterie de l'Air récemment dissous. On le trouve dÚs les campagnes de libération de la France, puis en Indochine et en Algérie.

Devise : Vaincre ou mourir
Le 2Ăšme RĂ©giment Etranger de Parachutistes

Le 2Ăšme RĂ©giment Etranger de parachutistes, situĂ© Ă  Calvi, est le seul rĂ©giment de la LĂ©gion Ă©trangĂšre encore en activitĂ©. CrĂ©Ă© en 1948 en AlgĂ©rie, il est notamment le seul rĂ©giment de la brigade Ă  former et Ă  breveter lui-mĂȘme ses personnels aux techniques parachutistes grĂące Ă  son Centre d'EntraĂźnement au Saut. Il sert en Indochine, en AlgĂ©rie et s'illustre particuliĂšrement en 1978 lors de l'opĂ©ration Bonite au ZaĂŻre.

Devise : More Majorum
Le 3Ăšme RĂ©giment Parachutiste d'Infanterie de Marine

Le 3Úme Régiment Parachutiste d'Infanterie de Marine est situé à Carcassonne. Il a été créé en 1948 à Vannes et a porté successivement les noms de 3Úme Bataillon Colonial de Commandos Parachutistes, 3Úme Bataillon de Parachutistes Coloniaux (1951) et de 3Úme Régiment de Parachutistes Coloniaux. Il est s'est particuliÚrement illustré au cours de la guerre d'Indochine, grand moment des parachutistes coloniaux, mais on le retrouve aussi au cours du conflit d'Algérie.

Devise : Être et durer
 
Le 8Ăšme RĂ©giment Parachutiste d'Infanterie de Marine

Le 8Úme Régiment Parachutiste d'Infanterie de Marine, situé à Castres, a été créé en 1951 en Indochine sous le nom de 8Úme bataillon de parachutistes coloniaux. Il a participé à toutes les opérations militaires conduites par la France, d'Indochine en Algérie, d'Afrique au Moyen-Orient en passant par le Centre Europe.

Devise : Volontaire
Le 1er RĂ©giment de Hussards Parachutistes

Le 1er Régiment de Hussards Parachutistes, situé à Tarbes, est un régiment de cavalerie blindée français. Il est le seul régiment blindé de la 11e BP. Il a été créé en 1720 comme le 1er régiment de hussards. Il devient en 1946 le 1er régiment de hussards parachutistes.

Devise : Omnia si perdas, famam servare memento ("Si tu as tout perdu, souviens-toi qu'il reste l'honneur")
Le 1er RĂ©giment du Train Parachutiste

Le 1er RĂ©giment du Train Parachutiste, situĂ© Ă  Francazal, est spĂ©cialisĂ© dans la livraison par air. Il est le seul rĂ©giment de l’armĂ©e de terre spĂ©cialisĂ© dans l’appui Ă  la projection et au soutien par voie aĂ©rienne (aĂ©rotransport, aĂ©roportage, aĂ©rolargage). CrĂ©Ă© en 1999, il assure tout type de largages : de personnel et de matĂ©riel. Il assure aussi le pliage et l’entretien des parachutes Ă  matĂ©riel. Il est l'un des instruments privilĂ©giĂ©s de l’engagement d’urgence.

Devise : Par le ciel, partout, pour tous
Le 17Ăšme RĂ©giment du GĂ©nie Parachutiste

Le 17Ăšme RĂ©giment du GĂ©nie Parachutiste est situĂ© Ă  Montauban. Il a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 1946 en AlgĂ©rie, hĂ©ritier des sapeurs de 17e RĂ©giment colonial du gĂ©nie qui franchirent le Rhin en 1945. Il assure toutes les missions du GĂ©nie d’assaut parachutiste dans un cadre d’emploi aĂ©roportĂ©, hĂ©liportĂ©, mĂ©canisĂ©. Il dĂ©tient une capacitĂ© unique en Europe qui consiste Ă  rĂ©tablir ou crĂ©er une piste d’atterrissage. Sa vocation lui permet de larguer soldats et engins sur des zones inaccessibles par la route. Cette spĂ©cificitĂ© garantie aux ArmĂ©es de disposer d’une plateforme aĂ©roportuaire partout dans le monde.

Devise :Sapeur suis, para demeure
La 11Ăšme Compagnie de Commandement et de Transmissions Parachutiste

La 11Ăšme Compagnie de Commandement et de Transmissions Parachutiste est localisĂ©e Ă  Toulouse. Elle a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e en 1999 suite Ă  la dissolution de la 14Ăšme Compagnie Trans Para du 14Ăšme RĂ©giment Parachutiste de Commandement et de Soutien. Elle a pour vocation d’apporter le soutien au QG de la 11e BP et de complĂ©ter les moyens de transmissions des rĂ©giments si nĂ©cessaire.
CFIM 11e BP

Le Centre de Formation Initiale des Militaires du rang de la 11e BP est situĂ© Caylus. CrĂ©Ă©s en 2010, les CFIM sont chargĂ©s d’assurer la formation gĂ©nĂ©rale initiale de l’ensemble des engagĂ©s volontaires initiaux de l’armĂ©e de Terre durant 12 semaines.
L'Ecole des troupes aéroportées

L’Ecole des troupes aĂ©roportĂ©es est chargĂ©e de la formation des parachutistes des trois armĂ©es et de la gendarmerie. Elle est est situĂ©e sur le camp Aspirant Zirnheld au nord de la ville de Pau (voir la page dĂ©diĂ©e Ă  l’ETAP). Elle trouve son origine Ă  la fin de la Seconde Guerre mondiale dans la crĂ©ation d’un centre Ă©cole des troupes aĂ©roportĂ©es (CETAP) le 16 avril 1946. Le 1er juin 1947, le CETAP devient l’ETAP. Elle est chargĂ©e de la formation individuelle et collective, technique et tactique des parachutistes, cadres ou militaires du rang des trois armĂ©es et de la gendarmerie.

 

Horaires :

Le musée est ouvert tous les jours, de 14 heures à 17 heures.
Accueil des groupes sur réservation le matin de 09 heures à 12 heures.

Fermetures exceptionnelles :

1er janvier 1er mai 1er novembre 25 décembre

Durée moyenne de visite : de 1 heure 30 à 2 heures. DerniÚre visite conseillée 1 heure avant la fermeture.

Visite générale :

Lors de la visite du musĂ©e, vous ĂȘtes accompagnĂ© d'un bĂ©nĂ©vole de la SociĂ©tĂ© des Amis du MusĂ©e des Parachutistes. La visite dure environ 1 heure et demie.

Vous avez aussi la possibilité de visiter librement le musée, à votre rythme, sans guide.

L'histoire des troupes aéroportées est illustrée sous la forme de cinq tableaux, ponctués par des films explicatifs (disponibles en français, en anglais, en espagnol ou en allemand).

Accessibilité

Le parking, situé en face du musée, est gratuit et accessible aux voitures, autocars et vélos.

Le musée est accessible aux poussettes.

Pour le confort de la visite, nous vous conseillons de venir 1 heure et demie avant la fermeture

L'ensemble du musée est accessible aux personnes à mobilité réduite. La visite du musée est de plain pied avec de larges espaces de circulation.
Les chiens-guides sont acceptés dans le musée. Un fauteuil roulant est disponible à l'accueil du musée sur demande.

RĂ©glement

Habillement

L’entrĂ©e au MusĂ©e mĂ©morial n’est autorisĂ©e qu’aux visiteurs habillĂ©s de maniĂšre respectueuse.

Bagages, sacs et sacs Ă  dos

Le MusĂ©e mĂ©morial ne dispose pas de vestiaire, ni de consigne, aussi les bagages, et les sacs dont l’une des dimensions excède 40 centimètres sont interdits. Pour les petits sacs à dos une tolérance est accordée sous réserve que ceux-ci soit tenus obligatoirement à la main ou devant soi.

Couteaux, ciseaux ou autre

Pour garantir la sécurité des visiteurs et la protection du patrimoine artistique, le Musée interdit l'introduction d'objets pointus, tranchants ou contondants.

La documentation

Le Musée mémorial des parachutistes étend sa mission de sauvegarde de la mémoire des troupes aéroportées à travers sa bibliothÚque et son centre de documentation.

Le musĂ©e possĂšde une grande collection d’ouvrages spĂ©cialisĂ©es (prĂšs de 1400 livres) sur les unitĂ©s aĂ©roportĂ©es et plus largement sur les conflits contemporains auxquelles elles ont participĂ©. Vous pourrez consulter les dossiers documentaires constituĂ©s au fil des ans par des bĂ©nĂ©voles et des passionnĂ©s.
Le musée possÚde également une collection de photographies anciennes, datées de la veille de la Seconde guerre mondiale à nos jours.

Que vous soyez Ă©tudiant, universitaire, chercheur ou historien, n’hĂ©sitez pas Ă  contacter le musĂ©e afin de dĂ©couvrir les richesses de sa bibliothĂšque et de son centre de documentation.
La consultation des archives se fait sur rendez-vous.

Additional Hints (No hints available.)



Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.