Skip to content

<

Calcaire aquitain au coeur d'Auray

A cache by C2iC Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 09/15/2021
Difficulty:
2.5 out of 5
Terrain:
1 out of 5

Size: Size:   other (other)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


C'est en 1742 que la municipalité d'Auray émet un souhait pour construire la mairie à l'est des halles déjà présentes. De premiers plans sont conçus en 1772 par M. de Saint-Pierre, ingénieur du Roi à la Compagnie française des Indes orientales. Ceux-ci sont remaniés en 1775 par Jean Detaille de Kerroyant. Ces plans prévoyait l'accolement de l'édifice aux halles et à l'auditoire de la sénéchaussée, siège de l'assemblée municipale, qui préexistaient sur la place. La construction débute en 1776 et s'étale jusqu'en 1782.

It was in 1742 that the municipality of Auray expressed a wish to build the town hall to the east of the halls already present. The first plans were designed in 1772 by M. de Saint-Pierre, the King's engineer at the French East India Company. These were reworked in 1775 by Jean Detaille de Kerroyant. These plans provided for the building to be attached to the market halls and to the audience of the senechaussee, seat of the municipal assembly, which pre-existed on the square. Construction began in 1776 and continued until 1782.

Des matériaux de construction venus d'Aquitaine / Building materials from Aquitaine

 

Très riche en granites de qualité, le Massif armoricain est, par contre, dans son ensemble et surtout dans sa partie occidentale, assez pauvre en calcaires susceptibles de livrer des éléments aptes à la taille. Les occurences se rencontrent essentiellement dans les terrains paléozoÏques, indurés et plissés. Dans ces conditions rien d'étonnant à l'appel fait au cours des siècles aux grands bassins sédimentaires voisins, favorisés dans le domaine des roches carbonatées, principalement mésozoïques.

Les textes évoquent fréquemment l'emploi de la pierre blanche dans les constructions armoricaines, toutefois trop souvent sans en préciser les sites d'extraction. Les recherches ont établi que 3 districts différents ont alimenté l'Armorique dans le passé. Le calcaire de Caen était acheminé par la Manche ; le tuffeau du Saumurois, transporté par la Loire, puis par l'Atlantique ; enfin les calcaires du bassin d'Aquitaine, principalement en provenance de Saintonge (calcaires de Taillebourg et Saint-Savinien) par la Charente et l'Atlantique. 

Ainsi lors de la construction du porche occidental de la cathédrale de Vannes (1483-1493), « Eon Kervelien fut payé pour aller à Taillebourg acheter de la pierre qu’amena à Vannes un batelier de Talmont ». Et l’emploi du calcaire saintongeais ne se limite pas aux édifices religieux, il s’étend aussi aux constructions militaires et aux bâtiments civils. A Auray, la construction de l’Hôtel de Ville a aussi utilisé la pierre de Taillebourg.

Very rich in quality granites, the Armorican Massif is, on the other hand, as a whole and especially in its western part, quite poor in limestones capable of delivering elements suitable for pruning. The occurrences are mainly found in Paleozoic, indurated and folded grounds. Under these conditions, nothing surprising about the appeal made over the centuries to the large neighboring sedimentary basins, favored in the area of carbonate rocks, mainly Mesozoic.

The texts frequently evoke the use of white stone in Armorican constructions, however too often without specifying the extraction sites. Research has established that 3 different districts supplied Armorique in the past. The limestone of Caen was transported by the Channel; tuffeau du Saumurois, transported by the Loire, then by the Atlantic; finally limestones from the Aquitaine basin, mainly from Saintonge (limestone from Taillebourg and Saint-Savinien) via the Charente and the Atlantic.

Thus during the construction of the western porch of the cathedral of Vannes (1483-1493), "Eon Kervelien was paid to go to Taillebourg to buy stone which a boatman from Talmont brought to Vannes". And the use of Saintongeais limestone is not limited to religious buildings, it also extends to military constructions and civilian buildings. In Auray, the construction of the Town Hall also used Taillebourg stone.

La désignation « pierre de Taillebourg » semble liée au port d'embarquement sur la Charente et non à l'origine précise de la pierre qui peut être de Saint-Savinien, mais aussi de Saint-Vaize, de Crazannes ou d'autres carrières du même secteur. Son transport était effectué par voie fluviale vers l'amont et surtout vers l'aval, jusqu'à La Rochelle, Bordeaux et au-delà.

Son caractère particulier provient de son niveau de pureté, la « pierre de Taillebourg » est composée de calcaire à 98 % ce qui, après un temps de séchage de deux ou trois mois après son extraction, la rend quasiment imperméable. En s'évaporant, l'eau contenue dans le calcaire laisse les sels minéraux à la surface du bloc, lui procurant une couche de protection pour un produit fini à la fois sec et très homogène.

À la suite de son extraction, la pierre est encore relativement tendre car encore imprégnée de l'eau du sous-sol. On peut alors la découper, notamment avec une scie crocodile comme c'était le cas jusqu'à la fin de l'exploitation de la carrière

The designation "pierre de Taillebourg" seems to be linked to the port of embarkation on the Charente and not to the precise origin of the stone which may be from Saint-Savinien, but also from Saint-Vaize, Crazannes or other quarries in the region. same sector. Its transport was carried out by river upstream and especially downstream, to La Rochelle, Bordeaux and beyond.

Its particular character comes from its level of purity, "Taillebourg stone" is composed of 98% limestone which, after a drying time of two or three months after its extraction, makes it almost impermeable. As it evaporates, the water contained in the limestone leaves the mineral salts on the surface of the block, providing it with a protective layer for a finished product that is both dry and very homogeneous.

Following its extraction, the stone is still relatively soft because it is still impregnated with water from the subsoil. We can then cut it, in particular with a crocodile saw as was the case until the end of the exploitation of the quarry.

Histoire géologique / Geological history

 

A la fin du Jurassique, la mer se retire (dépôts confinés à gypse), et le substratum calcaire est alors altéré et karstifié. La transgression du Crétacé n'atteindra la Charente maritime qu'au début du Cénomanien. Le régime, d'abord continental et littoral au début du Cénomanien, deviendra marin, avec des faciès d'un maximum de profondeur au Turonien inférieur. Au cours du Turonien, le niveau marin va baisser progressivement, puis, dès le début du Coniacien, la tranche d'eau marine va s'accroître pour atteindre un maximum à la fin du Campanien inférieur. Par la suite, le niveau marin va à nouveau diminuer, et une autre phase d'émersion va s'installer à la fin du Crétacé, et provoquer une nouvelle surface d'altération.

Premier étage stratigraphique du Crétacé supérieur, le Cénomanien s’étend entre  – 100,5 M.A et – 93,9 M.A. et représente le plus haut niveau marin des 600 derniers millions d’années, ce qui correspond à 150 mètres au dessus du niveau actuel. Il doit son nom à Cenomanum, nom latin lié à la ville française du Mans, dans la Sarthe, et plus particulièrement à l'ancien peuple gaulois des Cénomans. C'est une forte transgression marine venue du Nord qui dépose alors des couches de calcaires crayeux ou marneux dans le nord et l'est du Bassin aquitain initiant la création des calcaires de Saintonge, d’Angoumois mais aussi du Périgord.

Le Cénomanien affleure de part et d'autre des rives du fleuve Charente. Le Cénomanien inférieur s’étend de l’île d'Aix et de la Pointe de la Fumée, à l’ouest, à Burie, à l’est en limite du département voisin de la Charente. Le Cénomanien moyen court le long de la vallée de la Charente des deux côtés du fleuve et a laissé d’importantes formations calcaires extraites dans la région de Saint-Savinien, célèbre pour ses carrières de pierres de taille. Enfin le Cénomanien supérieur constitue une très large bande de terrains entièrement située au sud du fleuve Charente, s’étendant depuis l’île d’Oléron jusqu’à Saint-Genis-de-Saintonge. 

Deuxième étage du Crétacé supérieur, le Turonien est lui aussi réparti sur une grande partie du territoire de Charente-Maritime. Il a été défini par le paléontologue Alcide d’Orbigny en 1842 d’après sa localité type de Tours (en latin « Turones ») et sa région type de la Touraine (en latin « Turonia »). Il succède au Cénomanien et précède le Coniacien, sur une période plutôt "courte" comprise entre environ – 93,9 et – 89,8 M.A.

Il est appelé aussi Ligérien (de Liger, Loire) pour le niveau inférieur, et Angoumien (de l’Angoumois, ancienne province française correspondant actuellement à la partie centrale du département de la Charente) pour le niveau moyen et le niveau supérieur.

At the end of the Jurassic, the sea recedes (deposits confined to gypsum), and the calcareous substratum is then altered and karstified. The transgression of the Cretaceous will not reach the Charente Maritime until the beginning of the Cenomanian. The regime, initially continental and coastal at the beginning of the Cenomanian, will become marine, with facies of a maximum depth in the lower Turonian. During the Turonian, the sea level will gradually drop, then, from the start of the Coniacian, the seawater slice will increase to reach a maximum at the end of the Lower Campanian. Subsequently, the sea level will again decrease, and another phase of emersion will settle at the end of the Cretaceous, and cause a new surface of alteration.

First stratigraphic stage of the Upper Cretaceous, the Cenomanian extends between - 100.5 MA and - 93.9 MA and represents the highest sea level of the last 600 million years, which corresponds to 150 meters above the current level . It owes its name to Cenomanum, a Latin name linked to the French city of Le Mans, in the Sarthe, and more particularly to the ancient Gallic people of the Cenomans. It is a strong marine transgression coming from the North which then deposits layers of chalky or marly limestones in the north and east of the Aquitaine Basin, initiating the creation of limestones from Saintonge, Angoumois but also from Périgord.

The Cenomanian outcrops on both sides of the banks of the Charente river. The Lower Cenomanian stretches from Île d'Aix and Pointe de la Fumée, in the west, to Burie, to the east on the edge of the neighboring department of Charente. The Middle Cenomanian runs the length of the Charente valley on both sides of the river and left significant quarried limestone formations in the Saint-Savinien region, famous for its freestone quarries. Finally, the Upper Cenomanian constitutes a very large strip of land entirely located to the south of the Charente river, extending from the island of Oléron to Saint-Genis-de-Saintonge.

Second stage of the Upper Cretaceous, the Turonian is also spread over a large part of the territory of Charente-Maritime. It was defined by the paleontologist Alcide d´Orbigny in 1842 after its type locality of Tours (in Latin "Turones") and its type region of Touraine (in Latin "Turonia"). It succeeds the Cenomanian and precedes the Coniacian, over a rather "short" period of between approximately - 93.9 and - 89.8 M.A.

It is also called Ligérien (from Liger, Loire) for the lower level, and Angoumien (from Angoumois, a former French province currently corresponding to the central part of the department of Charente) for the middle level and the upper level.

 

Turonien inférieur : Le niveau inférieur du Turonien présente 

- des calcaires marneux qui débutent par une assise d’argiles ou de marnes vertes, la glauconie y étant abondante. Puis la fraction calcaire prédomine, la roche se débitant en petites plaquettes. Une huître est caractéristique de cette formation : Rhynchostreon suborbiculatum ;

- des calcaires crayeux massifs, assez durs, de couleur plutôt blanche, qui donnent lieu à de grands épandages de craie dans les champs. Cette deuxième formation est particulièrement fossilifère, avec surtout des céphalopodes, des échinides, des bivalves et des gastéropodes.

Turonien moyen : Le niveau moyen du Turonien présente 

- des calcaires bioclastiques de couleur ocre ou blanche, durs, finement graveleux, formant des bancs décimétriques à métriques. Ils renferment de nombreux débris organiques, dissous pour la plupart d’entre eux et remplacés par des trous tapissés d’oxyde de fer, ce qui a provoqué des bioturbations. Ils contiennent également des gastéropodes, des bivalves (rudistes), des nautiles, des coraux et des échinides ;

- des calcaires crayeux blancs assez tendres, en bancs massifs, soulignés par des lits de silex bruns parfois rubanés. Vers l’Ouest, les silex disparaissent et ils passent à des calcaires marneux se délitant en grandes plaques. Ces calcaires très fossilifères contiennent des gastéropodes, des bivalves, des nautiles, des brachiopodes, des crustacés, et des échinides.

Turonien supérieur : Le niveau supérieur du Turonien présente 

- des calcaires microcristallins à gravelles jointives faiblement cimentées, qui montrent des stratifications obliques et entrecroisées, prouvant la présence de chenaux à cette période. De grands silex se rencontrent souvent à l’interface des stratifications ;

- des calcaires graveleux montrant également des stratifications obliques, et contenant de nombreux biostromes à rudistes, qui paraissent se grouper de façon dense dans certaines zones. Ces rudistes appartiennent presque exclusivement à la famille des Radiolitidae. Ils sont parfois accompagnés de bivalves et d’échinodermes fragmentés.

Lower Turonian: The lower level of the Turonian presents

- marly limestones which begin with a layer of clay or green marl, the glauconia being abundant there. Then the limestone fraction predominates, the rock breaking into small platelets. An oyster is characteristic of this formation: Rhynchostreon suborbiculatum;

- massive chalky limestones, quite hard, of a rather white color, which give rise to large spreads of chalk in the fields. This second formation is particularly fossiliferous, with mainly cephalopods, echinoids, bivalves and gastropods.

Average Turonian: The average level of the Turonian presents

- bioclastic limestones of ocher or white color, hard, finely gravelly, forming decimetric to metric beds. They contain a lot of organic debris, mostly dissolved and replaced by holes lined with iron oxide, which has caused bioturbations. They also contain gastropods, bivalves (rudists), nautilus, corals and echinoids;

- fairly soft white chalky limestones, in massive beds, underlined by beds of brown flint sometimes banded. Towards the west, the flints disappear and they pass to marly limestones disintegrating into large plates. These very fossiliferous limestones contain gastropods, bivalves, nautilus, brachiopods, crustaceans, and echinoids.

Upper Turonian: The upper level of the Turonian presents

- microcrystalline limestones with weakly cemented contiguous gravel, which show oblique and intersecting stratifications, proving the presence of channels at this period. Large flints are often found at the interface of the stratifications;

- gravelly limestones also showing oblique stratifications, and containing numerous rudist biostromes, which seem to cluster densely in certain areas. These rudists belong almost exclusively to the Radiolitidae family. They are sometimes accompanied by fragmented bivalves and echinoderms.

La pierre de Taillebourg : un calcaire / Taillebourg stone: a limestone

 

Le calcaire est une roche sédimentaire qui se forme essentiellement en milieu marin, par accumulation des débris de coquilles. A la mort de ces animaux, les coquilles s'accumulent sur le fond marin formant des boues carbonatées. Elles se transforment en roche calcaire grâce à la pression et au temps (plusieurs milliers d'années). Néanmoins, ces coquilles calcaires peuvent se dissoudre, et ce d'autant plus facilement que la température de l'eau est froide et la pression élevée.

Ces conditions, expliquent que le calcaire se forme essentiellement dans des eaux chaudes et peu profondes, comme les lagons ou les lagunes. Bien que le calcaire puisse se former en milieu lacustre, la majorité des roches actuelles se sont formées dans les milieux marins. 

L'étude des caractéristiques du calcaire se fait par la texture des grains de carbonate de calcium, le côté massif ou agglomérés et surtout la proportion et la nature des fossiles qui permet de caractériser les conditions de formation d'une roche calcaire (phase de dépôt des sédiments). Ainsi, un calcaire marneux et pauvre en fossiles sera caractéristique d'un milieu profond faible en oxygène. A contrario, un calcaire claire riche en fossiles sera caractéristique d'un milieu de faible profondeur, généralement marin, sous des latitudes à climat chaud.

De la craie jusqu’aux pierres marbrières les plus dures, les calcaires, plus que toutes autres roches, présentent une très grande diversité d’aspect et de propriétés, en particulier vis-à-vis de leur dureté, de leur compacité, de leur gélivité avec toutes les caractéristiques physiques qui en découlent. Ainsi les calcaires peuvent avoir une masse volumique qui va de 1500 kg / m3 à 2700 kg/m3 et d'une porosité allant de 10% pour les pierres marbrières à 50% pour les pierres tendres.

Du côté des coloris la plupart des calcaires sont de coloris blanc à beige crème. Cependant certains présentent des couleurs plus spécifiques, telles que marron, gris, bleu, rouge ou doré. Pour finir les roches calcaires ont une faible dureté (2,9 au maximum sur l'échelle de mohs), elles sont rayables au verre et à l'acier. 

Limestone is a sedimentary rock that is formed mainly in the marine environment, by accumulation of shell debris. When these animals die, the shells accumulate on the seabed forming carbonate sludge. They turn into limestone thanks to pressure and time (several thousand years). Nevertheless, these calcareous shells can dissolve, and this all the more easily as the water temperature is cold and the pressure high.

These conditions explain why limestone is formed mainly in warm, shallow waters, such as lagoons or lagoons. Although limestone can form in a lake environment, the majority of current rocks have been formed in marine environments.

The study of the characteristics of the limestone is done by the texture of the grains of calcium carbonate, the solid or agglomerated side and especially the proportion and the nature of the fossils which makes it possible to characterize the conditions of formation of a limestone rock (deposition phase sediment). Thus, a marly limestone and poor in fossils will be characteristic of a deep environment low in oxygen. Conversely, a clear limestone rich in fossils will be characteristic of a shallow environment, generally marine, in latitudes with a hot climate.

From chalk to the hardest marble stones, limestones, more than any other rocks, present a very great diversity of appearance and properties, in particular with regard to their hardness, their compactness, their freezing with all the resulting physical characteristics. Thus limestones can have a density which ranges from 1500 kg / m3 to 2700 kg / m3 and a porosity ranging from 10% for marble stones to 50% for soft stones.

In terms of colors, most limestones are white to creamy beige. However, some have more specific colors, such as brown, gray, blue, red or gold. Finally, limestone rocks have a low hardness (2.9 maximum on the Mohs scale), they are scratchable with glass and steel.

Envoyez moi vos réponses / Send me your answers

 

Vous pouvez loguer cette cache "Found it" en n'oubliant pas la photo dans votre log (photo obligatoire) et m'envoyer vos réponses aux 5 questions soit via mon profil, soit via la messagerie geocaching.com (Message Center), et je vous contacterai en cas de problèmes dans vos réponses.

Log in this "Found it" cache with your photo in your log and send me your answers either via my profile or via the geocaching.com (Message Center) mail, and I will contact you in case of a problem.

 

Pour rappel : il n'y a pas de boîte à trouver pour valider une earthcache ! Vous pouvez loguer votre découverte mais devez aussi m'envoyer vos réponses au plus vite.

To remind: there is no box to find to validate an earthcache! You can log your discovery but also send me your answers as soon as possible.

Questions

 

Question 1 : De quelle période géologique est originaire la roche utilisée pour construire l'Hôtel de Ville ? Comment se sont formés les roches calcaires ?

Question 1: What geological period does the rock used to build the Town Hall come from? How were limestone rocks formed?

Question 2 : Au waypoint 1 observez la roche, pouvez-vous y observer des traces de fossiles ? Observez-vous des stratifications dans la roche ?

Question 2: At waypoint 1 observe the rock, can you see traces of fossils? Do you see any stratifications in the rock?

Question 3 : Toujours au waypoint 1 et d'après vos observations la roche utilisée à la seconde strate de la construction (zone 1 sur la photo) est elle d'un seul bloc ? Que cache le marqueur violet (zone 2 sur la photo) sur la 5e strate de la construction ?

Question 3: Still at waypoint 1 and according to your observations the rock used in the second layer of the construction (zone 1 on the photo) is it of a single block? What is the purple marker hiding (zone 2 on the photo) on the 5th layer of the construction?

Question 4 : Prenez vous en photo, vous, un papier avec votre nom ou un objet géocaching vous représentant et ajoutez la à votre log de découverte, sans donner d'éléments de réponse aux différentes questions de cette earthcache. Cette photo est OBLIGATOIRE pour valider votre découverte. Sans photo votre log sera supprimé !

Question 4: Take a picture of yourself, a piece of paper with your name or a geocaching object representing you and add it to your discovery log, without giving any answers to the various questions of this earthcache. This photo is MANDATORY to validate your discovery. Without a photo your log will be deleted!

 

Sources : Wikipedia / Pierres du Massif armoricain dans les constructions du Bassin d'Aquitaine (Louis Chauris, directeur de recherche au CNRS, actes du Congrès national des sociétés savantes, 2001) / Carte géologique Saintes / DRIRE Poitou-Charentes 

Additional Hints (No hints available.)