Skip to Content

<

[Elles 14-18] Miss Smalley:infirmière US héroïque

A cache by CASTINE Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 10/09/2010
Difficulty:
2.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size: small (small)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:

 



Miss Evelyn Garnaut Smalley est née à Londres le 29 avril 1869, de parents américains. Elle arriva en France avec les détachements de « l’Y.M.C.A. » (Young Men’s Christian Association - Association de jeunes chrétiens) qui accompagnait le corps expéditionnaire des Etats-Unis. Des Foyers du Soldat avaient été créés et installés dans les gares, où les soldats pouvaient trouver pour un prix modique, denrées, repas, objets de première nécessité. Miss Smalley fut affectée au Foyer de Bouy en tant qu'attachée au service du Trésor et Postes aux armées.

Pour elle rien d’autre ne comptait que ce qu’elle appelait son devoir, devoir non imposé par l’obéissance à un règlement, mais devoir accompli par un engagement de tous les instants au service de ceux qui combattaient. Elle prenait à peine le temps de manger, de dormir. On la voyait de jour et de nuit sur les trajets des colonnes de soldats qui gagnaient les tranchées pour la relève. Elle leur distribuait boissons, tabac et friandises. Aux heures d’accalmie, dans un cantonnement sommaire qu’elle avait su rendre accueillant, chacun pouvait trouver une chaude ambiance, quasi familiale. Il émanait de sa personne une aura de douceur, de générosité propre à dissiper le « cafard », ce second ennemi du « poilu ».

Durant la nuit du 30 au 31 mai 1918, Bouy subit un violent bombardement. Civils et militaires se terraient dans les abris, Miss Smalley, elle, courait de l’un à l’autre, secourait les blessés, apportant provisions et pansements, consolait les enfants. Lorsque s’intensifièrent les bombardements et qu’il fut nécessaire de vivre, en permanence, sous terre, Miss Smalley resta à son poste, dans sa baraque « Adriant ». Une nuit, un obus de gros calibre éclata à proximité, la criblant d’éclats… On retrouva Miss Smalley indemne dans l’alvéole qui lui servait de chambre
.

La bataille du 15 juillet 1918 approchait. Le Général Gouraud visitait ses Corps d’Armées pour une ultime mise au point de la tactique qui allait faire échec à la Friedensturm Allemande. Le Général Pont, qui commandait le 4è C.A. depuis son P.C. de Livry-Louvercy, lui dit : « Peut-être pouvez-vous faire un détour par Bouy, où il y a une américaine qui paraît un peu isolée ». Le Général passa par Bouy. A sa question « Dois-je rester ou me replier ? », il lui dit que la bataille allait se dérouler bien au nord et qu’elle pouvait demeurer sur place « l’ennemi ne viendra pas ». Or, lorsque dans la nuit du 14 au 15 débuta la préparation d’artillerie ennemie, des obus tombèrent sur le village. Le « Service du Trésor et Postes » fut atteint et reçut l’ordre de se replier. Mais Miss Smalley refusant de se conformer à l’ordre donné répondit fièrement : « Non, je reste, le Général Gouraud m’a dit de rester ». -« Mademoiselle, c’est une consigne générale pour l’ensemble de l’Armée, vous devez marcher avec nous ! » -« Non ! Le Général Gouraud me l’a dit à moi-même ! Mon devoir est de rester ici et je reste ! » Et elle resta.

Tandis que le bombardement continuait, on vint la chercher pour un soldat blessé. A peine était-elle sortie de la maisonnette qui l’abritait qu’un obus tombait, criblant d’éclats sa demeure mais, une fois encore, elle était indemne. Puis ce fut le 30 septembre, jour où la gare subit un bombardement aérien : ligne à haute tension coupée, camions chargés d’explosifs qui sautaient, incendies qui se propageaient, cinq tués, vingt blessés graves…
Traversant la zone de feu, Miss Smalley se porta au secours des blessés, assurant les premiers soins et contribuant à leur évacuation. « Il serait juste de récompenser cette femme de mérite qui est ici la noble incarnation de notre allié d’Amérique » peut-on lire dans la rapport établi par le Major de cantonnement de Bouy, à l’occasion de ces évènements.

Après la guerre, elle fonda et dirigea  le « Foyer des Soldats Français » de La Tour-Maubourg à Paris. C’est là, dans la cour d’honneur des Invalides, qu’elle reçut en 1923, du Général Gouraud, la croix de la légion d’Honneur, suprême récompense pour une œuvre de charité et d’apostolat patriotique déjà attestée par 3 citations et la Croix de Guerre.

Elle jouissait d’une grande popularité auprès des anciens combattants. Elle s’éteignit le 23 mars 1938 et fut inhumée à Bouy. « Je veux être enterrée ici, c’est là ma dernière et plus chère volonté », avait-elle demandé.

Et maintenant, il faut trouver la cache.
Miss Smalley a eu le temps de nous donner quelques éléments, incomplets :

N 49° 05.A%*amp;
E  04°20. B$!


Pour trouver A, entrez dans le cimetière et allez saluer Miss Smalley (au centre du cimetière). Qu'y a-t-il sur sa tombe :
- un drapeau américain : A=3
- une couronne de fleurs : A=4
- des obus de la guerre 1914-18 : A=2

Pour trouver B, il vous faudra vous rendre au point S1, N 49° 05.116 et E 4° 21.007,  chercher la plaque et dire quelle partie du corps est mentionnée:
- le front, B=6
- la jambe, B= 7
- le coeur , B=6

Pour les autres chiffres, regardez les éléments fournis par Miss Smalley, et cherchez : c'est une mystery!....
Bonnes recherches!



 





Additional Hints (Decrypt)

ibve yr purpxre

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.