Skip to Content

<

Mémoire aux victimes du Paris-Nîmes - 07 Sep 1957

A cache by Goupil30 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 12/14/2011
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
2.5 out of 5

Size: Size: small (small)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Le nouveau forum du Geocaching en France

INUTILE D'ACCEDER A LA VOIE FERREE - NO NEED TO GO ON THE RAILWAY
ATTENTION LIEU TRES DANGEREUX - CAUTION VERY DANGEROUS PLACE
INTERDIT AUX ENFANTS ET ANIMAUX - PROHIBITED FOR CHILDREN AND ANIMALS


LA CACHE : Au point N 43°58.551  E 004°12.420 (gare de Nozières), vous recueillerez les éléments qui vous permettront calculer la position de la cache et de vous rendre ensuite au point de stationnement N 43°58.332  E 004°12.594

Coordonnées de la cache = N 43°58.xxx / E 004°12.yyy
(xxx = 270 + numéro du passage à niveau le plus proche, ce numéro figure dans le descro de la cache)
(yyy = 603 + altitude de la gare de Nozières)

* * * * * * * * * * * * * * * *

LE DRAME : Le 6 septembre 1957 à 23h16, l'express Paris-Nîmes numéro 1115 quitte la capitale en direction du sud par la ligne du Massif-Central. Il doit arriver peu avant 13h ce 7 septembre en gare de Nîmes son terminus.
Nous sommes aux derniers jours des vacances d'été, le train est bondé, des voyageurs occupent les couloirs, les toilettes et les plateformes entre les voitures. Des familles avec leurs enfants rentrent chez-elles et comme chaque années à cette période, de nombreux Lozèriens descendent pour faire les vendanges dans le Gard.

Entre La Bastide et Alès, le convoi composé de neuf voitures, deux de plus qu'à l'ordinaire entame la portion de ligne la plus difficile. Il doit traverser 107 tunnels, franchir de nombreux viaducs et subir d'importants dénivelés. Il parvient en gare d' Alès avec 17 minutes de retard.
Sur le quai, un haut-parleur annonce la présence d'un chantier en aval de la gare de Nozières-Brignon.

L'express quitte Alès avec environ 500 voyageurs à son bord, direction Nîmes sans arrêts.
Dans la plaine du Gardon, l'express 1115 roule plus rapidement, il glisse sur les rails toutes fenêtres ouverte par cette chaude journée de début septembre.

A 12h35, avec dix neuf minutes de retard, l'express franchit à toute vapeur le passage à niveau numéro 135 de Nozières. La garde barrière augure quelque chose d'anormal, le train roule bien trop vite et n'a pas ralenti au signal d'approche du chantier. Le convoi devait à cause des travaux changer de voie et aborder l'aiguille de communication à 30 km/h.... L'express passe l'aiguillage à 92 km/h soit à une vitesse trois fois supérieure à celle prescrite par la réglementation et c'est la tragédie.

La locomotive s'engage sur l'aiguille en déviation mais compte tenu de sa masse (150 tonnes avec le tender) et de l'accélération transversale qu'elle lui communique lui interdit de se rabattre ensuite sur la voie 2. Elle déraille et poursuit sur plusieurs dizaines de mètres sa course couchée sur le ballast. En labourant le sol, un tampon de la " Mikado 141-F-95 " crève la voûte d'un petit ponceau qui passe sous la voie et vient se planter dans le mur sud. Cela eut l'effet désastreux d'immobiliser brutalement la motrice dans sa trajectoire avec les conséquences particulièrement meurtrières que l'on imagine sur les wagons qui suivaient à grande vitesse.

Le choc est d'une incroyable violence, le convoi vient s'empiler derrière la machine, successivement, les voitures se télescopent dans un enchevêtrement monstre de bois pulvérisé, de rails tordus, de tôles déchirées et un immense jet de vapeur qui brûle toutes les chairs au travers les fenêtres ouvertes des compartiments. Un énorme nuage de poussière monte vers le ciel suivi des cris horribles où dominaient des voix d'enfants.
..............
Immédiatement après l'accident, l'aide et les secours arrivent de tous côtés, les médecins de la région sont réquisitionnés, le garagiste voisin intervient avec son employé et découpent durant de longues heures au chalumeau les tôles des voitures déformées pour libérer les victimes de leur cercueil d'acier. Tous les riverains se mobilisent pour prêter main-forte aux sauveteurs dans leur affolante mission d'extraire de cet amas de ferraille fumant des survivants, des blessés, et malheureusement 26 corps sans vie (une personne décèdera quelques jours plus tard de ses blessures).

Dix minutes après le déraillement, le plan ORSEC est déclenché, les pompiers d' Alès et de Nîmes sont mobilisés sur la catastrophe.

Les premières ambulances arrivent à Nozières entre 13h05 et 13h10. A 13h05, quatre médecins sont dépêchés sur les lieux pour aider celui qui se trouvait comme voyageur dans le train et qui s'est mis immédiatement au travail.  Rapidement les secouristes, médecins, infirmiers, bénévoles d'Alès, Nîmes et Avignon affluent. Ils ne se doutent pas encore qu'ils resteront 48h en poste. Les habitants de Nozières et de Brignon sont aussi nombreux à leur prêter main forte.

Sur l'initiative de la compagnie, un certain nombre de blessés ont pu déjà être évacués par camionnette et par voiture sur Alès et Nîmes.

Une chapelle ardente sera établie en mairie de Boucoiran où seront déposés les corps de 26 victimes. Le bilan définitif de cette catastrophe ferroviaire s'établira finalement à 27 morts et 134 blessés dont une trentaine grièvement atteints.
Le mécanicien a survécu à l'accident, il a été retrouvé errant, devenu fou, au milieu des vignes.

Le 13 novembre 1958, le Tribunal rend son verdict : La Cour d'appel de Nîmes condamne le mécanicien à deux ans de prison mais lui accorde le sursis, réformant le Tribunal d'Alès qui lui infligeait six mois de prison ferme. Le mécanicien est condamné par ailleurs à 100.000 Francs d'amende.

Le site d'où sont extraits ces éléments

Je n'avais que 3 ans et demi lors de cette tragédie. Mes grands oncles cheminots à Boucoiran et au Pont de Ners ont souvent rapporté forces détails de cette catastrophe à l'occasion des repas de famille.
Cet évènement m'avait fort ému à l'époque, je me devais d'apporter mon modeste témoignage
avec cette géocache.
  Goupil30

"http://www.mides.fr/?page=c_placeur&id_owner=2841317" target="_blank">1111111111111

Additional Hints (Decrypt)

- AR CNF NPPÉQRE N YN IBVR SREEÉR - QB ABG TB BA GUR ENVYJNL
- Fbhf dhrydhrf cvreerf, nh cvrq q'ha neoer. Ar cnf z'épenfre.
- Qrf obggrf crhirag êger aéprffnver .....

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



 

Find...

36 Logged Visits

Found it 33     Didn't find it 2     Publish Listing 1     

View Logbook | View the Image Gallery of 12 images

**Warning! Spoilers may be included in the descriptions or links.

Current Time:
Last Updated:
Rendered From:Unknown
Coordinates are in the WGS84 datum

Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.