Skip to content

HHS - All Fort One and One Fort All Traditional Cache

Hidden : 02/06/2013
Difficulty:
1 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size:   micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:

ENGLISH // FRANÇAIS

The Heritage Hide’n’Seek Geocache Series isn’t your typical history or geography lesson.  Get ready to explore Northern Ontario and discover how its people, places and events shaped the Canada we know today.  Find the caches, answer the questions, collect at least 100 points, and you’ll be eligible for a collectible Heritage Hide‘n’Seek geocoin.

Send your completed passport to:
Parks Canada—Geocache Series, 201 – 201 May Street North, Thunder Bay, Ontario, P7C 3P4
 
Bring your own pencil, as each cache is only large enough to contain a logbook (No trade items, please).
 
All geocaches are accessible directly from trails or public areas.
 
Cache may not be accessible in winter. The site is open June 1st to September 30. Hours of Operation
 
This cache is worth 20 points.  It’s located at a national historic site operated by Parks Canada.  Please respect the site’s rules and regulations and pay fees.

Aerial view of the remains at Fort St. Joseph (© Parks Canada)
Aerial view of the remains at Fort St. Joseph (© Parks Canada)

Okay, so Fort St. Joseph wasn’t home to the musketeers made famous by Alexandre Dumas, but it was the most westerly British military post in Upper Canada, established in 1796.  The British military, Aboriginal peoples and the fur traders and settlers did form an alliance here, which helped to forge Canada as we know it.  Today, the national historic site is composed of the ruins of the fort on the southern tip of St. Joseph Island, where the St. Mary’s River flows into Lake Huron.  In its heyday it included a blockhouse, powder magazine, bakery building and more.
 
The story of the establishment of the post goes like this: The Treaty of Paris was signed and the Americans were awarded Michilimackinac, an important trading post for the British at the time. When the British withdrew from Michilimackinac they moved to St. Joseph island, 55 km (35 miles) to the northeast. The new fort became a vital post for the British.  As well as serving as a meeting place for trade and commerce in the region, strong relations with the local Aboriginal populations were forged. While occupying the area, Britain’s “Indian Department”, which accompanied the troops to the island, held council and distributed gifts to First Nation allies. The British were kind to the First Nations People residing locally and they quickly became trading partners.
 
When the United States declared war on Britain in 1812 the garrison commander, knowing Fort St. Joseph was vulnerable made the decision to execute a pre-emptive strike. The capture of Michilimackinac was planned at Fort St. Joseph.  On July 17, 1812 leading a force of about 40 regular soldiers, 150 settlers and fur traders and 300 Aboriginals, the American fort on Mackinac Island was captured without firing a single shot.  The American garrison commander didn’t even know war had been declared.
 
Once the capture of Michilimackinac was achieved, Fort St. Joseph was abandoned and British troops moved to Michilimackinac. In July 1814, the facilities on St. Joseph Island were burned by the Americans in retaliation. The ruins on the island are all that is left of this vital part of Canadian history.

FRANCAIS

La série de géocaches Cache-cache patrimoine est complètement différent d’un cours d’histoire ou géographie traditionnel. Préparez-vous à explorer le Nord de l’Ontario et à découvrir comment cette région a façonné le Canada que nous connaissons aujourd’hui. Trouvez les caches, répondez aux questions, obtenez au moins 100 points et vous pourriez vous mériter une géopièce du Cache-cache patrimoine à collectionner.

Envoyez votre passeport rempli à l’adresse suivante :
Parcs Canada – Série de géocaches, 201, rue May Nord, bureau 201, Thunder Bay (Ontario) P7C 3P4

Apportez votre propre crayon, car les caches peuvent uniquement contenir un registre (aucun article à échanger, s’il vous plaît).

Toutes les géocaches sont accessibles directement à partir des sentiers ou des aires publiques.

Les caches pourraient ne pas être accessibles en hiver. Le lieu est ouvert du 1er juin au 30 septembre. Heures d'ouverture

Cette cache vaut 20 points. Elle est située dans un lieu historique national exploité par Parcs Canada. Veuillez respecter les règlements et payer les droits.

Vue aérienne des vestiges du Fort St. Joseph (© Parcs Canada)
Vue aérienne des vestiges du Fort St. Joseph (© Parcs Canada)

Fort St. Joseph, établi en 1796, n’a peut-être pas accueilli les trois mousquetaires rendus célèbres par Alexandre Dumas, mais il s’agissait du poste militaire britannique le plus à l’ouest du Haut Canada. Les militaires britanniques, les peuples autochtones ainsi que les commerçants de fourrures et les pionniers ont formé à cet endroit une alliance qui a permis de façonner le Canada que l’on connaît aujourd’hui. De nos jours, le lieu historique national est composé des vestiges du fort se trouvant à la pointe sud de l’île St. Joseph, là où la rivière St. Mary’s se déverse dans le lac Huron. Dans ses heures de gloire, le fort comprenait un blockhouse, une poudrière, une boulangerie et d’autres bâtiments.

Voici le récit de l’établissement du poste : Le Traité de Paris est signé, et les Américains se voient offrir Michilimackinac, un important poste de traite des Britanniques à l’époque. Lorsque les Britanniques quittent Michilimackinac, ils se rendent à l’île St. Joseph, à 55 km (35 miles) au nord-est. Le nouveau fort devient un poste essentiel pour les Britanniques. En plus de servir de lieu de rassemblement pour le commerce dans la région, l’endroit est témoin de l’établissement de relations solides avec les peuples autochtones de la région. Durant son occupation de l’endroit, le département britannique des Indiens, qui a accompagné les troupes jusqu’à l’île, tient des rencontres et offre des cadeaux aux Premières Nations alliées. Les Britanniques sont aimables avec les peuples de Premières Nations de la région et s’en font rapidement des partenaires de commerce.

Lorsque les États-Unis déclarent la guerre à la Grande Bretagne en 1812, le commandant de la garnison, qui sait que Fort St. Joseph est vulnérable, décide de lancer une attaque préventive. La capture de Michilimackinac est planifiée à Fort St. Joseph. Le 17 juillet 1812, les Britanniques, avec un contingent de 40 soldats réguliers, 150 pionniers et commerçants de fourrures et 300 Autochtones, capturent le fort américain sur l’île Mackinac sans tirer une seule balle. Le commandant de la garnison américaine ne sait même pas que la guerre a été déclarée.

Une fois Michilimackinac capturé, Fort St. Joseph est abandonné, et les troupes britanniques réintègrent Michilimackinac. En juillet 1814, les installations de l’île St. Joseph sont incendiées par les Américains en signe de représailles. Les vestiges sur l’île sont tout ce qui reste de cette page importante de l’histoire du Canada.

Additional Hints (No hints available.)