Skip to content

<

Abbaye de Saint-Sulpice

A cache by Dagobert&Wulfégonde Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 06/15/2014
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
2 out of 5

Size: Size:   small (small)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:

Au milieu d'un pré, sous quelques arbres, se cachent les derniers restes d'une ancienne abbaye. Bien que le site ait perdu sa splendeur d’antan, prenez le temps de lire son histoire et sa légende.

Même si le pré est privé, la traversée de randonneurs est tolérée. Merci de bien fermer la clôture derrière vous et de ne rien dégrader.


Histoire de l'abbaye


L'origine de l'abbaye de Saint-Sulpice se tient dans un prieuré fondé par Humbert, un moine de l'ordre clunisien, dans un premier site dénommé Saint-Sulpice-le-Vieux. Il obtient du comte Amédée III de Savoie de vastes terres qui lui permettent de créer un désert propre à l'établissement d'une communauté isolée. Le groupe de moines, venu pour une part de Pontigny, se tournera vers l'ordre cistercien en 1130.

Le domaine se développe alors sur près de 4000 hectares, conduisant au déplacement de l’abbaye (il s’agit de la placer au centre du domaine) : vers 1149, entre le hameau des Catagnolles et celui du Genevray. L'abbaye fonde un certain nombre de villages aux alentours entre les XIIIe et XVe siècles ; notamment Hostiaz, Prémillieu, Thézillieu. Il met en place un grand vignoble, à Virieu-le-Grand et Artemare. L'abbaye creuse également en 1234 deux étangs à Genevray, respectivement de 2,7 et 4,7 hectares (Waypoints R2 et R3).

A la Révolution française, l’abbaye est investie par les habitants (ils sont plus de 600). Au cours de ces évènements, de nombreuses archives partent en fumée. Les derniers moines partiront de la terre de Saint-Sulpice en 1790. Le site sera ensuite exploité en partie comme carrière de pierre.

Des bâtiments de l’époque, il subsiste aujourd’hui la chapelle St-Vital, dite chapelle des étrangers, dédiée à Saint Vital (un frère convers de l’abbaye mort en 1200), ainsi que quelques vestiges que la végétation recouvre le plus souvent (les moulins, le bâtiment du four et de la boulangerie et les quatre murs de clôture). Des fouilles sont menées dans les années 1970 qui permettent de dégager l’absidiole nord et un escalier à vis mais aussi de dresser les grandes lignes du plan de l’abbaye. Seule la chapelle St-Vital est actuellement en cours de restauration (Waypoint R1).

La légende de l'anneau de l'abbé


Dom Bernard, quinzième abbé du monastère de Saint-Sulpice, venait de mourir. Sur sa demande, on le mit au tombeau sans lui ôter le magnifique anneau d’or qu’il portait au doigt, présent d’un preux chevalier, qui l’avait ravi à un Infidèle, puis, en signe de purification, déposé pendant toute une nuit sur le tombeau du Christ. Et, malgré la grande valeur du bijou, les moines avaient scrupuleusement respecté la volonté du mourant.

Pourtant, parmi eux, il s’en trouva un frère Gaultier que le riche anneau remplit de convoitise. Pourquoi, pensait-il, laisser perdre au fond d’un sépulcre un joyau dont on pourrait tirer grand profit ? Aussi, le soir des obsèques, quand tout dormait dans l’abbaye, il sortit sans bruit de sa cellule, se faufila à pas de loup dans l’ombre des couloirs et du cloître, et, dans son habit blanc qui l’eût fait, en tout autre lieu, passer pour un fantôme, il pénétra dans l’église. Elle était déserte. Allumant alors un cierge à la lampe du sanctuaire, il descendit dans la crypte. Là, muni d’un levier de fer qu’il avait eu soin de se procurer, il souleva la dalle donnant accès aux tombeaux des abbés, la redressa avec effort, et se glissa dans le caveau. Puis, à la lueur du cierge, il déplaça la pierre recouvrant le sarcophage de Dom Bernard. Sans doute marqua-t-il un moment d’hésitation, en présence du cadavre de celui qui avait été pour lui plus un père qu’un abbé.

Mais la cupidité l’emportant, il arrache l’anneau du doigt du mort. Il veut fuir, mais, songeant qu’il oublie de replacer le couvercle du tombeau, il se retourne pour le faire ... Il « sent » une main, puissante comme une griffe, le retenir par le pan de son manteau; il « voit » Dom Bernard se dresser soudain dans sa bière ... En même temps, un bruit effroyable se fait entendre : la lourde dalle du caveau vient de retomber, emprisonnant le vivant avec les morts.

Le lendemain, on signala la disparition de frère Gaultier. Comme il ne passait pas pour un modèle de sainteté, on crut qu’il avait pris la clef des champs.Huit ans plus tard, quand mourut à son tour Ponce, seizième abbé de Saint-Sulpice, on ouvrit de nouveau le caveau des abbés. Quel ne fut l’effroi des moines chargés de préparer la bière, quand ils découvrirent un mort, un squelette, gisant au pied du tombeau de Dom Bernard. Il serrait dans ses doigts décharnés l’anneau d’or de l’abbé, et la pierre du sépulcre retenait sous son poids un pan de manteau ...

Informations issues du blog de Nathie - du site de la commune de Thézillieu - et de Wikipédia

Additional Hints (Decrypt)

[FR : /!\ : La cache n'est pas dans les ruines, inutile de les détériorer ] : Nh cvrq q'ha neoer, cnf yr zhygv-gebapf. Ibve fcbvyre.

[EN : /!\ : The cache is not in the ruins, do not damage them] : Ng gur sbbg bs n gerr, abg gur zhygv bar. Ybbx ng gur fcbvyre.

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)