Skip to Content

<

Passerelle de la côtière & pont des marais @ Erquy

A cache by Papou27 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 04/06/2016
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size: micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


La passerelle de La Côtière et le pont des marais, séparés d'une quinzaine de mètres, sont construits sur la ligne côtière Est du Département des Côtes d'Armor allant d'Yffiniac à Matignon, une des neuf lignes qui furent construites dans le cadre du second réseau des Voies Ferrées d'Intérêt Local à voie métrique en service entre 1924 et 1948.

Ils enjambent le marais d'Erquy du lieudit "la vallée Denis" à Plurien. Comme dans les années 20 pour les passagers du petit train, le pont des marais et la passerelle de la Côtière sont le balcon rêvé pour découvrir la beauté du site naturel de l'estuaire de l'Islet, classé en zone Natura 2000. En partie fermé au Nord par une flèche dunaire, cet estuaire d'une cinquantaine d'hectares est baigné par la mer à marée haute et traversé par l'Islet à marée basse. "La Bouche d'Erquy" est classée au 5e rang des marais maritimes de la façade atlantique pour la diversité de sa végétation avec 53 espèces végétales et de nombreuses espèces animales aquatiques. Son caractère patrimonial exceptionnel lui vaut d'appartenir au site plus vaste "Cap d'Erquy - Cap Fréhel" d'importance communautaire.

Un peu d'histoire 

Ces ouvrages d'art sont l'oeuvre de Louis Auguste Harel de la Noë, polytechnicien et ingénieur des ponts et chaussées, né à St-Brieuc en 1852, qui fut précurseur dans l'utilisation du béton armé pour la construction de tels ouvrages, matériau particulièrement performant du point de vue économique grâce notamment à un travail en régie et à l'utilisation de procédés novateurs de préfabrication sur site, tout en restant soucieux des aspects esthétiques et environnementaux.

Les travaux qui débutèrent en 1913 avec l'intention d'une ouverture des lignes pour la saison touristique de 1914 furent vite interrompus lorsque la première grande guerre éclata. Une fois Harel de la Noë parti en retraite en 1918, ses successeurs apportèrent des modifications sur les ouvrages et retardèrent la mise en service des lignes. Mais, même après son départ, l'ancien ingénieur en chef continua à défendre ses choix techniques.

Un pont assemblé comme un mécano

Les quatre piles sont formées d'un ensemble de poteaux liaisonnés par des entretoises diagonales ce qui contribue aux économies de matière et à la répartition des descentes de charges sur un sol peu porteur.

Le tablier comprend des poutres et des entretoises avec des entraits inférieurs calqués sur le modèle d'une charpente en bois, supportant la dalle en béton armé coulée sur place.

Les culées soutenant les remblais sont formées de poteaux maintenant des panneaux cintrés verticaux résistant aux poussées des pressions du sol et des eaux.

Les garde-corps formant treillis sont intégrés dans les poutres de rive en arc.

La passerelle la plus longue des Côtes d'Armor

Longue de 164 mètres et d'une hauteur minimale de 7.60 m avec une largeur utile de 3.90m, composée de 27 travées droites de 5.60m d'entre-axes, cette passerelle demeure la plus importante subsistante dans le département.

Elle est constituée de piles en pierre de grès rose extrait dans les carrières du pays comprenant des arêtes en ciment agrémentées de pierres de taille en grès. La stabilité de l'ouvrage est assurée par trois tours en maçonnerie assurant un rôle de contreforts transversaux. Les piles supportent par travée de quatre poutres préfabriquées en béton armé qui reçoivent des entretoises et la dalle du tablier coulée sur place. Des dalettes voûtées elles-aussi en béton armé préfabriqué, ornées de briques rouges en rive, constituent les deux trottoirs en encorbellement.

Les poteaux en béton des garde-corps d'origine ont disparu.

Une nouvelle jeunesse en 2013

Pour permettre aux randonneurs de franchir et de contempler les marais de l'estuaire de l'Islet, tout en valorisant un patrimoine historique cher aux costarmoricains, le Conseil Général a choisi de conserver cet ouvrage d'art.

Cette nouvelle utilisation de l'ouvrage a pu se faire grâce à l'ouverture de la véloroute "la littorale"(EV4) ou itinéraire Tour de Manche, dans le cadre du schéma départemental vélo.

L'ouvrage très robuste n'a pas nécessité de travaux particuliers si ce n'est la mise en place de nouveaux garde-corps et le recouvrement de la plate-forme par un platelage-bois.

La géocache :

ATTENTION : La boite a été vandalisée. Je demande à tous géocacheurs désireux de voir cette géocache survivre dans ce beau site, de bien vouloir la remplacer car j'habite à 500 km. En attendant, vous pouvez la loguer "found" en joignant simplement une photo de l'emplacement. Merci d'avance pour votre coopération entre géocacheurs...

Située à l'exptrémité de la passerelle, la boite était à l'abri des intempéries.

Bonne balade ; observez  au printemps le tapis de primevères dans le talus ainsi que les aigrettes, canards et oies qui salueront votre passage.

 

Flag Counter

Additional Hints (Decrypt)

Fheabz q'Nynva Fbhpuba

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.