Skip to content

<

GRANULATS DU PLAN D'EAU DE PEYROLLES-EN-PROVENCE

A cache by Moules de Bouchu Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 09/05/2016
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size:   other (other)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Cette earthcache a pour but de vous faire connaitre les granulats de la Durance ainsi que le cours d'eau qui les charrie. Ces "galets" ont plusieurs particularités que vous découvrirez, à la fois sur la fiche de cette cache mais également en allant chercher vos réponses sur place.

CARRIERE ET HISTOIRE DU PLAN D'EAU : là où tu te baignes, les pierres ont une histoire

Moi, carrière de Durance – ancien site d'extraction de granulats

De 1990 à 2000, donc pendant 10 ans, le temps réglementaire donné pour exploiter mes richesses en granulats, la société Durance Granulats, dont l'usine de transformation est installée à Peyrolles, a extrait de mon sous-sol alluvionnaire des matériaux de construction par an.
Beaucoup de trajets de camions furent nécessaires pour acheminer près de 10 millions de tonnes de mes granulats vers les grands chantiers de construction ou d'entretien des réseaux routiers et autoroutiers des Bouches-du-Rhône et du Var, de la ligne TGV à Eguilles et de la gare de l'Arbois, mais aussi pour les fondations et les murs de ton école, de ta maison, de ton immeuble, de ta rue...


Moi, carrière de Durance – devenue plan d'eau à vocation touristique

Un exploitant, aidé par d'autres acteurs, peut devenir paysagiste. J'en suis la preuve vivante !
A partir de 1997, mes nouvelles formes se dessinent progressivement.
Appelée à devenir une base nautique et de loisirs, je me transforme petit à petit en lac artificiel.
Le trou creusé par les machines se remplit d'eau fraîche venant de la nappe phréatique située sous la plaine de la Durance et accueille désormais baigneurs et pêcheurs. Des pelouses et des sentiers aménagés sont maintenant à ta disposition pour te faire profiter de la nature qui m'habille à nouveau.
Mes berges sont à nouveau habitées par la faune et la flore. 5000 arbres et arbustes ont été plantés et 4 hectares de pelouses semées pour embellir les zones qui te sont réservées. D'autres aménagements sont installés : poste de secours, sentiers de découverte, aires de jeux... mon nouveau visage n'est pas près de vieillir !


L'EAU : force à produire de l'énergie

Utiliser la force de l'eau pour produire de l'électricité ! La vocation hydroélectrique de la Durance remonte au 19ème siècle mais se concrétise réellement avec « la loi d'aménagement de Serre-Ponçon et de la basse Durance » en 1955. Puis vient 1967, date de la construction de Serre-Ponçon, le plus grand barrage en terre d'Europe.

Moi, eau de la Durance – formidable source d'énergie...

Le lac de Serre-Ponçon, réservoir de 1270 millions de m³ d'eau, permet d'alimenter en cascade 15 centrales hydroélectriques reliées à la Méditerranée par le canal EDF, long d'environ 250km.
En amont du lac, 8 centrales ont été aménagées le long de la Durance et de ses affluents comme le Verdon, qui compte 5 barrages.
Avec la construction de ces ouvrages hydroélectriques d'EDF, la Durance et le Verdon sont devenus les artères nourricières de la région PACA, fournissant en électricité deux-tiers des foyers.


Moi, eau de la Durance – productrice d'électricité

Dans une centrale hydraulique, ma chute ou mon courant mettent en mouvement une turbine qui entraîne un alternateur, sorte de « dynamo » géante. Les alternateurs fonctionnent tous de la même façon : ils transforment du mouvement en électricité.


Moi, eau de la Durance – grand réservoir d'eau

Les barrages et le canal EDF ne servent pas simplement à fournir de l'électricité : ils alimentent en eau des villes et des vergers, mettent près de 150 000 hectares de terre de Provence à l'abri de la sécheresse, limitent les effets des petites et moyennes crues, et contribuent au développement du tourisme.

LES GRANULATS : origine des cailloux à construire

Pendant les périodes glaciaires du quaternaire, des glaciers, beaucoup plus important qu'aujourd'hui, ont arraché, charrié et déposé de grandes quantités de sable et de graviers. Ces sédiments se sont déposés le long des cours d'eau ou sur les fonds marins peu profonds.

Nous, les granulats – issus des glaciers

Nous sommes une ensemble de grains, aux dimensions comprises entre 1 et 125 mm, destinés à la construction des bâtiments, des travaux publics et des grands ouvrages. Notre histoire prend son origine au temps des mammouths, mais notre âge est parfois plus jeune que cela.
En saison sèche, la Durance, torrent impétueux dans les débuts de sa course, peut parfois sembler abandonnée... puis quelques gouttes de pluie et la fonte de neige des glaciers la font renaître : elle se transforme alors en agent géologique puissant, doté d'une étonnante force d'érosion et de transport.
Ainsi, depuis des millénaires, elle déblaie des matériaux provenants des massifs montagneux. Dans la plaine, ces sédiments se déposent et peuvent être alors couverts d' épaisses couches de terre et de végétation les rendant quasi invisibles.





Nous, les granulats – aux formes arrondies

Les galets du lit mineur de la Durance, et dont l'extraction est interdite aujourd'hui, témoignent, à travers leurs diverses formes arrondies et lisses, du chemin parcouru à travers le temps et de l'eau qui les a poussés de plus en plus loin. A l'endroit où ils se sont posés, ils espéraient trouver un coin de galets et de cailloux pour se reposer, avant d'être à nouveau charriés lors d'une prochaine crue.

Nous, les granulats – nature ou mélangés

Dans la construction, nous pouvons être utilisés de deux façons :
        - soit directement pour les ballasts des voies de chemins de fer, les couches de fondations des routes, les remblais de murs, la décoration des allées...
        - soit ajoutés à un liant qui nous rend plus solides. Celui-ci peut être du bitume pour nous enrober à chaud, nous répandre sur les routes et créer un tapis circulable, ou bien du ciment et de l'eau pour obtenir le béton qui sera façonné à la forme voulue jusqu'à sa prise définitive !

Nous, les granulats – extraction étape par étape

Actuellement, pour répondre à la demande de l'économie du pays, des millions de tonnes de granulats sont produites chaque année en France, ce qui représente 1600 carrière et environ 15000 emplois.

Les carrières : c'est ici qu'on lieu les trois premières étapes de notre extraction.
        1. Décaper
                Avec des pelleteuses, la terre végétale est enlevée et stockée pour être réutilisée lors du réaménagement du site. La couche de galets est mise à nu, c'est le gisement.
        2. Extraire
                Ici, en Durance, l'extraction se fait seulement dans le lit majeur, sur une faible épaisseur « à sec » puis en « site immergé » dans une eau peu profonde. Depuis la rive, on utilise des pelles à câbles, des pelles hydauliques ou munies d'excavateurs à godets.
Graviers, galets et sables sont ramenés à la surface, essorés et chargés sur des camions ou sur des bandes transporteuses.
        3. Transférer
                En continu, graviers, galets et sables voyagent sur des bandes transporteuses, sorte d'énormes tapis roulants.
En discontinu, ils sont chargés sur des camions qui font la liaison entre la carrière et le site de traitement. Mais les tapis sont bien plus silencieux et bien moins polluant !
Ensuite, notre traitement se fait dans de grandes usines, généralement situées à proximité de la carrière.

        4. Concasser
                Des machines à énormes mâchoires, marteaux ou percuteurs vont casser les galets et gros graviers pour réduire leur taille (sable) ou créer des arêtes vives (gravillons routiers).
        5. Cribler, laver et trier
                 L'ensemble est trié à travers des cribles, sortes de gros tamis. Après lavage qui enlève boue, argile et poussière, nos différentes catégories subissent un contrôle qualité et sont prêtes à être exportées.
Une fois réduits, traités et classés, nous les granulats sommes stockés sur des aires de rechargement. Camions, trains ou encore péniches (sur le Rhône uniquement), permettent ensuite de nous livrer sur les chantiers.

LA DURANCE : faune et flore



Moi, la Durance – paysage de rivière & flore de Durance



Une forêt riveraine colonise mes berges alluviales. Cette végétation profite de la proximité de la nappe phréatique et des apports nutritionnels de mes crues annuelles.
Des roselières stabilisent mes sols. Là où le courant est faible et l'eau peu profonde, les fonds envasés sont favorables aux plantes pionnières comme les scirpes, les joncs ou encore les roseaux...
Mes îlots de galets se couvrent de fleurs. Au printemps, le cortège d'annuelles s'y installe. Le jaune de la glaucière ou de l'oenanthe bisannuelle prend le pas sur les couleurs des autres herbacées. Puis, après les crues de fin d'été, les chénopodes rousses viennent prendre le relais.
Mes bancs de graviers montrent leur visage austère. Laissés par les crues des années précédentes, ils accueillent quelques buissons épars de buddleias et d'argousiers.
Forêts riveraines, îlots de galets, roselières, berges abruptes et ou zones buissonnantes, mon paysage se compose d'ensembles biologiques variés, et chacun accueille une vie végétale spécifique.

Moi, la Durance – oiseaux d'ici et d'ailleurs

Le besoin de quitter son nid ou son territoire pour se nourrir ou se reproduire, par delà une frontière, n'implique pas toujours un retour sur sa terre d'origine. Parmi les oiseaux migrateurs, certains emprunte le couloir de la Durance pour coloniser de nouveaux espaces ou les reconquérir. D'autres repartent, poursuivant leur voyage perpétuel.

        - Terre d'oiseaux marins
                Dès son retour de migration en avril, la sterne pierregarin, belle « mouette » aux ailes pointues, s'installe en colonies sur les îlots de galets. Leurs nids se mêlent à ceux des mouettes rieuses dont les cris rappellent les bords de mer. Le goéland leucophée séjourne sur le cours de la rivière, principalement à proximité des décharges des communes riveraines dont les déchets à ciel ouvert constituent un repas facile.

        - Terre d'oiseaux aux plumes colorées
                Doté d'un long bec fait pour la pêche, le martin pêcheur fréquente les berges et talus limoneux à côté du guêpier, l'oiseau migrateur sans doute le plus coloré de l'avifaune locale.

        - Terre d'oiseaux sur échasse
                Alors que le blongios nain, l'un des oiseaux migrateurs les plus menacés en France, niche dans les roselières, l'aigrette garzette, le héron bihoreau et le héron cendré préfèrent les ripisylves pour s'installer en couples ou en colonies. 
Leur point commun : des jambes en forme d'échasses qui leur donnent cette allure fière et comme suspendue dans le temps.

        - Refuge de castors
                Disparu d'autres région d'Europe, le castor a subsisté dans la Durance. Il était chassé autrefois pour sa fourrure et son musc. Désormais protégé, le castor peut à nouveau construire barrages et canaux, de préférence dans les ripisylves.

        - Tous futurs habitants des Chapeliers
                Avec la création de la réserve naturelle des Chapeliers, cette faune sauvage trouvera un nouvel endroit aménagé pour ses besoins et accessible par moment aux observateurs vigilants.

LA DURANCE : rivière aux multiples visages

L'eau de la Durance est canalisée, drainée dans des ruisseaux, des torrents, des rivières vers un fleuve appelé Rhône qui se jette dans la Méditerranée à hauteur de la Camargue.
Les paysages qui l'accompagnent et leurs caractères, différents selon les territoires traversés, l'ont divisée en « haute », « moyenne » et « basse Durance ».

Moi, la Durance – de Montgenèvre à Sisteron

Principale rivière de la région PACA, je suis un trait d'union de 300 Km entre les Alpes du Sud, la vallée du Rhône et le littoral. Ma source jaillit à 2320 mètres d'altitude, près du col de Montgenèvre. Je suis d'abord torrent alpestre, alimenté par la fonte des neiges et nourri par des affluents, principalement des torrents alpins eux aussi. Ma course tumultueuse changera dès mon arrivée à Sisteron.

Moi, la Durance – de Sisteron à Mirabeau

Mes eaux sont domptées par le barrage de Serre-Ponçon en amont de Sisteron. Je deviens alors une rivière aux aspects pré-alpins, me faufilant à travers les plaines de Sisteron et de Manosque jusqu'à Mirabeau.

Moi, la Durance – de Mirabeau à Avignon

Après mon parcours au visage méditerranéen où les cultures différentes créent des tableaux colorés, je vais rejoindre le Rhône à Avignon. Je suis bordée à ma gauche par les Bouches-du-Rhône et à ma droite par le Vaucluse.

Moi, la Durance – paysage contemporain

Le canal EDF qui m'a maîtrisée côtoie souvent l'autoroute A51. Celle-ci venant de Marseille et d'Aix-en-Provence rejoint la Durance à hauteur de Mirabeau et ouvre la voie jusqu'au pied des Alpes du Sud.
Usines électriques et lignes à haute tension, autoroutes et tunnels, routes nationales et ponts modernes, voies ferrées et carrières ont transformé mon paysage naturel. Comme un grand livre ouvert, il raconte l'histoire d'une rencontre entre un territoire et des hommes. Si vous l'observez attentivement, vous pouvez alors découvrir les marques et les traces des activités humaines qu'il a enregistré au fil du temps.



POUR LOGUER CET EARTHCACHE

Il vous suffit de vous rendre sur place et de répondre aux questions ci-dessous. Toutes les réponses se trouvent sur les panneaux aux coordonnées indiquées dans les waypoints des étapes virtuelles.

SUBSIDIAIRE, SANS PANNEAU

Une photographie de vous ou de votre GPS avec le lac en arrière plan serait apprèciée, bien que facultative.

Une fois toutes les informations notées, faites nous parvenir vos réponses soit via le centre de message du site geocaching.com, soit via e-mail. N'attendez pas notre réponse pour loguer sur le site, nous vous contacterons en cas d'erreur.

Notez bien que le parking indiqué sur cette fiche est payant en juillet et août (de 9h à 18h) et gratuit le reste de l'année. Mais bien évidemment, vous pouvez vous garer à bien d'autres endroits !!!

This earthcache aims at making you know the aggregates of Durance as well as the stream which transports them. These "pebbles" have several peculiarities which you will discover, at the same time on the index card(form) of this hiding place but also by fetching your on-the-spot answers.

QUARRY AND HISTORY OF the STRETCH OF WATER: where you bathe, stones have a history

I, quarry of Durance - old site of extraction of aggregates

From 1990 till 2000, thus during 10 years, the statutory time given to exploit my wealth in aggregates, the Durance Granulats company, the conversion facility of which is settled to Peyrolles, extracted from my basement alluvionnaire building materials a year. 
Many routes of trucks were necessary to forward about 10 million tons of my aggregates towards big sites of construction or maintenance of the road and motorway networks of Bouches-du-Rhône and the Var, line "TGV" to Eguilles and of the station of Arbois, but also for the foundations and the walls of your school, your house, your building, your street... 


I, career of Durance - Become stretch of water with tourist vocation

A developer, helped by other actors, can become a landscape painter. I am the living proof!
From 1997, my new forms take shape gradually.
Called to become a boating center and of leisure activities, I am transformed little by little into artificial lake.
The hole dug by machines fills with fresh water coming from the groundwater situated under the plain of Durance and welcomes from now on swimmers and fishermen. Lawns and fitted out paths are now at your disposal to share with you of the nature which dresses me again. 
My banks are again inhabited by the flora and fauna. 5000 trees and shrubs were crashed and 4 hectares of lawns sowed(scattered) to embellish the zones which are reserved for you. Other arrangements are installed: first-aid post, nature trails, playgrounds my new face is not to age!


WATER: force to produce some energy

Use the strength of the water to produce some electricity! The hydroelectric vocation of Durance goes back to 19th century but really becomes a reality with " the law of development of Serre-Ponçon and low Durance " in 1955. Then the biggest dam(roadblock) in Europe comes 1967, dates the construction of Serre-Ponçon.

I, water of Durance - great source of energy...

The lake of Serre-Ponçon, reservoir of 1270 millions of m ³ of water, allows to feed with waterfall 15 hydroelectric power plants connected(bound) in the Mediterranean Sea by the canal EDF, length about 250km.
Upstream to the lake, 8 power plants were fitted out along Durance and along its tributaries as Verdon, which account 5 dams(roadblocks).
With the construction of these hydroelectric works of EDF, Durance and Verdon became feeder arteries of the region of Provence-Alpes-Côte d'Azur, supplying with electricity 2/3 of homes. 

I, water of Durance - producer of electricity

In a hydroelectric power plant, my fall or my current put in movement a turbine which pulls(entails) an alternator, goes out of huge "dynamo". Alternators work all in the same way: they transform of the movement into electricity. 


I, water of Durance - big water tank

Dams(Roadblocks) and canal EDF do not simply serve to supply with the electricity: they feed with water of cities and orchards, put about 150 000 hectares of earth of Provence shielded from the drought, limit the effects of the small and average floods, and contribute to the development of the tourism.

AGGREGATES: origin of pebbles to be built

During the glacial periods of the Quaternary, glaciers, much more mattering than today, tore away(extracted), transported and put down big quantities of sand and gravels. These sediments settled along streams or on sea bed shallow. 

We, aggregates - stemming from glaciers

We are one set(group) grains(beads), in the dimensions(size) between 1 and 125 mm, intended for the construction of buildings, public works and big works. Our history takes its origin in the time of mammoths, but our age is sometimes younger than it.
In dry season, Durance, passionate torrent initially of its running(race), can sometimes seem abandoned(given up) then some rainy drops and the cast iron of snow of the glaciers make it be reborn: it is then transformed into powerful geologic agent, endowed with a surprising strength of erosion and with transport. 
So, since millenniums, it clears provenants materials of the mountain massifs. In the plain, these sediments settle and can be then covered with thick layers of soil and with vegetation making them almost invisible.





We, aggregates - in the rounded off forms

The pebbles of the minor bed of the Durance, and the extraction of which is forbidden today, testify, through their diverse rounded off and smoother forms, of the path(way) traveled(browsed) through time and the water which pushed them farther and farther. In the place where they settled(arose), they hoped to find a cplace of pebbles and pebbles to rest, before being again transported during a next floods. 

Us, aggregates - nature or mixed

In the construction, we can be used by two manners:
- Or directly for the roadbeds of the ways of railroads, the coats(layers) of foundations of roads, the elevations of walls, the decoration of paths...
- Is added to a sociable disposition(binder) which makes us more solid. This one can be some asphalt to coat us under heat, spread us on roads and create a carpet(mat) circulable, either with some cement and with some water to obtain the concrete which will be trained for the shape wanted until its definitive grip! 

We, aggregates - extraction stage by stage

At present, to answer at the request of the economy of the country, millions of tons of aggregates are produced every year in France, what represents 1600 quarries and approximately 15000 jobs.

Quarriess: it is here that one place the first three stages of our extraction.
1. Clean
With excavators, the steppe black soil is removed and stored to be reused during the site reclamation. The layer of pebbles is exposure, it is the deposit.
2. Extract
Here, in Durance, the extraction is only made in the floodplain, on a low "dry" thickness then in "site immersed" in a shallow water. Since the bank, we use shovels with cables, shovels hydauliques or provided with excavators with jars. 
Gravels, pebbles and sands are returned to the surface, pressed and loaded on trucks or on transporteuses bands(strips).
3. Transfer
Continuously, gravels, pebbles and sands travel on transporteuses bands(strips), takes(brings) out enormous conveyor belts(travelators).
In intermittent, they are in charge(are loaded) on trucks which make the connection between the quarry and the site of treatment(processing). But carpets(mats) are more silent and much less polluting!
Then, our treatment(processing) is made in big factories, generally situated near the quarry. 

        4.Crush
Machines with enormous jaws, hammers either percuteurs are going to break pebbles and big gravels to reduce their size (sand) or create lively edges (road bits of gravel).
5. Riddle, wash and sort out
The set is sorted out through riddles, sorts of big sieve. After wash which removes mud, clay and dust, our various categories undergo a quality control and are ready of being exported.
Once reduced, handled and classified, we aggregates are stored in areas of recharging. Trucks, trains or still barges (on the Rhône only), allow then to deliver us on construction sites.

THE DURANCE: flora and fauna



I, Durance - landscape of river and flora of Durance



A waterside forest colonizes my alluvial banks. This vegetation takes advantage of the closeness of the groundwater and of the nutritional contributions of my annual floods.
Reed beds stabilize my grounds. Where the current is low(weak) and the shallow water, the silted up funds(collections) are favorable to plants pioneers as scirpes, rushes or still reeds...
My islands of pebbles cover themselves with flowers. In spring, the procession of annual settles down there. The yellow of the glaucière or the biennial oenanthe overrides the colors of others herbaceous. Then, after the floods of the summer end, the red chénopodes comes to take over. 
My benches of gravels show their austere face. Left by the floods of the previous years, they welcome some scattered bushes of buddlejas and sea-buckthorns.
Waterside forests, islands of pebbles, reed beds, abrupt banks and or bushy zones, my landscape consists of varied biological sets, and each welcomes a specific plant life. 

I, Durance - birds from here and there

The need to leave its nest or its territory to feed or reproduce, more a border, does not still imply(involve) a return on its earth(ground) of origin. Among the migratory, certain birds borrow the lane of Durance to colonize new spaces or reconquer them. Others leave, pursuing their perpetual journey. 

- Earth of sea birds
From its return of migration in April, the pierregarin tern, beautiful "gull" in the sharp wings, settles down in colonies on the islands of pebbles. Their nests get involved to those of the black-headed gulls whose shouts remind seaside. The gull leucophée stays on the course of the river, mainly near the discharges of the waterside municipalities the open-air waste of which constitutes an easy meal.

- Earth of birds in the colored feathers
Endowed with a long beak made for the peach, the kingfisher frequents banks and muddy bank next to the trap, the migratory bird doubtless the most colored with the local avifauna.

- Earth of birds on stilt
While the dwarfish blongios, one of the migratory birds the most threatened in France, niche in reed beds, little egret, night-heron and the grey heron prefer ripisylves to settle down in couples or in colonies. 
Their common point: legs in the shape of stilts which give them this proud look and as suspended in time.

- Refuge of beavers
Disappeared from others region of Europe, the beaver remained in Durance. It was formerly chased away for its fur and its musk. From now on protected, the beaver can again build dams(roadblocks) and canals, rather in ripisylves.

- Every future inhabitants of the Hatters
With the creation of the nature reserve of the Hatters, this wildlife will find a new place fitted out for its needs and accessible(approachable) by moment to the watchful observers.

THE DURANCE: river with the multiple faces

The water of Durance is channelled, drained in brooks, torrents, rivers towards a river called the Rhône which throws(casts) itself into the Mediterranean Sea at the level of the Camargue.
The landscapes which accompany it and the characters, different according to the crossed territories, divided her into "high", "average" and " low Durance ". 


I, Durance - from Montgenèvre to Sisteron

Main river of the region of Provence-Alpes-Côte d'Azur, I am a 300 km hyphen between the Alps of the South, the valley of the Rhône and the coast. My source springs as height as 2320 meters, near the collar of Montgenèvre. I am at first alpine torrent, fed by the snowmelt and fed by tributaries, mainly alpine torrents they too. My tempestuous race will change from my arrival Sisteron. 

I, Durance - from Sisteron to Mirabeau

My waters are tamed by the dam(roadblock) of Serre-Ponçon upstream to Sisteron. I become then a river in aspects of the Pre-Alps, basting me through the plains of Sisteron and Manosque until Mirabeau.

I, Durance - from Mirabeau to Avignon

After my route(course) with the Mediterranean face where the different cultures create colored paintings(boards), I am going to join the Rhône in Avignon. I am lined in my left by Bouches-du-Rhône and in my right by Vaucluse. 

I, Durance - contemporary landscape

The canal EDF which mastered me is often often goes alongside to the highway A51. This one coming from Marseille and from joined Aix-en-Provence Durance at the level of Mirabeau and opens the way up to the foot from the Alps of the South.
Electric factories and high-tension lines, highways and tunnels, main roads and modern bridges, railroads and quarries transformed my natural landscape. As a big open book, it tells the story of a meeting between a territory and humans. If you observe it attentively, you can then discover the marks and the tracks of the human activities that it registered over time.



IN ORDER TO LOG THIS EARTHCACHE

You just have to go on site and to answer the questions below. All the answers are on signs in coordinates indicated in the waypoints of the virtual stages.

SUPPLEMENTARY, WITHOUT SIGN

A photography of you or your GPS with the background lake would would been appreciated, but optional.

Once all the information noted, made reach us your answers either via the center of message of the site geocaching.com, or via e-mail. Do not wait for our answer for log on the website, we shall contact you in case of error.

Note, please, that the parking lot indicated on this index card(form) is paying in July and August (from 9 am till 6 pm) and free the rest of the year. But naturally, you can park in many other places !!!

Additional Hints (Decrypt)

Gbhgrf yrf vasbezngvbaf fbag fhe yrf cnaarnhk

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)