Skip to Content

<

La bataille de la Tour Carrée

A cache by speleo_phil Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 03/19/2019
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size: micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Durant la seconde guerre mondiale, la Résistance, consciente des particularités du Lomont, choisit d'y installer, dans le courant de l'année 1944, un maquis. La Résistance investit la partie nord de la chaîne du Lomont, connue sous le nom de plateau de
Montécheroux-Chamesol. Cette place forte naturelle est facilement défendable puisqu'elle est ceinte à l'ouest par des falaises et que seuls de rares passages permettent l'accès au plateau.

Mais les occupants ne cesseront de tenter de déloger les maquisards ; en 3 principales attaques d'août à novembre 1944 ; se soldant par leur repli à chaque fois !

Cette cache fait partie d'une série de 3 + une bonus. Relevez les indices dans les logbooks.

La bataille du 22 août 1944 autour de la Tour carrée

En début de matinée, les avant-postes sont accrochés par des fantassins allemands qui débouchent des côtes boisées de Brisepoutot.
Les premières rafales bouleversent d’un coup la quiétude du camp. Les hommes armés – tous ne le sont pas – bondissent vers les postes de combat. Bientôt la lutte se généralise : le contact semble être pris sur tout le front nord du maquis, d’où émerge la Tour Carrée, ouvrage militaire détaché du fort en sentinelle qui jamais ne connut la guerre, aujourd’hui point de force qui devient très vite l’objectif de l’ennemi.
Un fusil mitrailleur qui, au pied de l’ouvrage, barrait le chemin du fort du Lomont – Pont-de-Roide par la Batterie des Roches, est mis hors de combat, tireur tué.
Les Allemands occupent alors la Tour Carrée ; la lutte se cristallise pour un temps autour de ce fortin d’où l’ennemi est chassé vers onze heures.

Les pentes de Brisepoutot sont le théâtre d’une lutte acharnée ; les combattants se glissent le long des haies et mitraillent les Allemands retranchés dans les fermes ou leurs dépendances.
Il est midi : la situation se stabilise pour un temps, dans un calme relatif.
Mais une nouvelle menace s’ébauche, qui va rapidement se préciser : des chars ont traversé Pont-de-Roide. Ils sont signalés à Noirefontaine ; ils montent au Lomont. Ainsi l’attaque par le Nord vient de se doubler d’une attaque par le Sud : il s’agit donc bien d’une opération sérieuse, montée par un ennemi résolu à tuer dans l’œuf le maquis du Lomont, et décidé à y mettre le prix.

Dès lors, la lutte s’intensifie : Vers 15 heures, les Allemands reprennent la Tour Carrée, y installent une mitrailleuse lourde, dont le feu violent rase, par-delà l’étroit vallonnement qui l’en sépare, le plateau de la ferme Abram où se raidit la défense.
Les chars apportent aux assaillants un renfort qui, s’appliquant au revers du Maquis, pourrait semer le désarroi.
Le premier blindé est surpris, tourelle ouverte, à son débouché sur le plateau de Montécheroux – Liebvillers (route de Noirefontaine), et son équipage détruit par les éléments postés sur les rochers en surplomb de la route.
Un deuxième char dépasse Montécheroux, s’engage sur la route du Lomont, tourne en rond par deux fois et bombarde le Fort qu’il croit occupé. Cependant, la lutte atteint, entre seize et dix-sept heures, sa pointe d’intensité. Les Allemands resserrent de toutes parts leur étreinte, atteignent « le Passage de la Douleur« , accentuant rageusement leur pression.
La fusillade et la canonnade s’amplifient. Le moment est critique.
Le commandant américain (capitaine Floege), organisateur de la défense, passe, armé d’un bazooka, et conservant son imperturbable calme, attaque un char à courte portée pour le mettre en deux coups hors de combat.
Partout se tendent les volontés, se multiplient les actes de courage et les sacrifices. Les chars refluent, l’infanterie allemande semble hésiter.
Après dix-sept heures, sa pression se relâche sensiblement. Finalement, à six heures du soir, l’ennemi abandonne une partie chèrement disputée, et emporte ses morts.

Cette journée du 22 août, première journée de combat, est une journée de victoire.

D’emblée, le Lomont affirme sa volonté de rester terre libérée.

La cache n'est pas aux coordonnées du listing !
Notez les informations écrites sur le panneau explicatif : nombre de pertes allemandes, nombre de tués et blessés maquisards FFI.

Trouvez l'année en bas de panneau à gauche, calculez le checksum CS à 2 chiffres.

il faut faire la projection Relèvement ° ; Distance m, depuis ce panneau.

avec Relèvement = (CS x nombre de blessés FFI) + 7
et Distance = pertes allemandes - nombre de tués FFI - nombre de blessés FFI - 7

Bons calculs et bonne recherche.

Additional Hints (Decrypt)

nh avirnh qrf lrhk

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



 

Find...

8 Logged Visits

Found it 4     Write note 3     Publish Listing 1     

View Logbook | View the Image Gallery of 2 images

**Warning! Spoilers may be included in the descriptions or links.

Current Time:
Last Updated:
Rendered From:Unknown
Coordinates are in the WGS84 datum

Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.